La NOAA restreint la diffusion des images embarquées

31-03-2018 Philippe VOLVERT

Vendredi après-midi, une fusée Falcon 9 a déployé un nouveau lot de satellites Iridium NEXT avec succès. SpaceX a assuré la retransmission en direct de l'évènement pendant les neuf premières minutes avant d'interrompre le flux vidéo sur ordre de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration).

Falcon 9, dont c'était la cinquième mission au profit d'Iridium Communications, a décollé à 14 heures 13 TU depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie. Peu après 16 heures, le client a confirmé la séparation des dix satellites et la réception de leurs signaux.

Alors que SpaceX fournit généralement une vidéo en direct de ses lancements non classifiés jusqu'à la séparation des satellites, la startup a mis fin à la vidéotransmission peu avant l'extinction du deuxième étage de la fusée. Le commentateur qui assurait l'émission a déclaré aux téléspectateurs que la compagnie était tenue par la NOAA de couper le flux en direct plus tôt en raison des restrictions de l'administration américaine sur les images des caméras embarquées de l'étage supérieur de Falcon 9.

La NOAA est responsable de la régulation des caméras de télédétection qui regardent la Terre de puis l'espace, comme pour les satellites de télédétection à vocation commerciale dont la résolution des images permettrait entre autres de surveiller les mouvements militaires à travers le monde.

Selon l'administration américaine, les caméras embarquées sont qualifiées de «système spatial de télédétection», les plaçant dans la portée réglementaire du gouvernement. Dans un communiqué, elle indique que « La loi sur le programme spatial national et commercial exige une licence de télédétection commerciale pour les entreprises ayant la capacité de prendre une image de la Terre depuis l'orbite ». La licence concerne les capacités d'imagerie supérieures à 0,82 mètre et ne peuvent être diffusées que 24 heures après l'approbation du gouvernement américain.

Après le lancement, SpaceX a déclaré dans un communiqué qu'elle n'avait pas la licence appropriée de la NOAA pour partager des vues en direct depuis l'orbite pour ce lancement. Une demande de licence complète auprès des instances devrait lever les restrictions définitivement. Aucune limitation d'imagerie de ce type n'est attendue lors du prochain vol Falcon 9, prévu lundi à partir de Cape Canaveral, a indiqué la compagnie.

Sur le même sujet