La NASA va mesurer les variations d'eau sur Terre

22-05-2018 Philippe VOLVERT

Satisfaction chez SpaceX après le lancement réussi d'une fusée Falcon 9 mardi soir au départ de la base aérienne de Vandenberg. Le décollage a eu lieu à 19 heures 48 TU depuis le site de lancement 4E. Le premier étage de la fusée avait déjà été utilisé lors d'un précédent vol en janvier dernier. Etant d'un ancien modèle, SpaceX n'a pas tenté de le récupérer.

Les satellites GRACE-FO ont été déployés environ 12 minutes après le décollage, suivi par les cinq satellites Iridium NEXT trois-quarts d'heure plus tard. A ce jour, ce ne sont pas moins de 65 satellites Iridium NEXT qui ont été placés sur orbite. Pour compléter le système, deux autres lancements sont encore prévus d'ici fin de l'année.

A l'origine, le lancement de GRACE-FO devait se faire par une fusée Dnepr à partir du cosmodrome de Baïkonour. Mais en raison de l'indisponibilité du lanceur, la NASA s'est tournée vers SpaceX qui est parvenue à négocier une place avec Iridium.

Suivre le mouvement de l'eau sur Terre

La mission GRACE-FO (Gravity Recovery and Climate Experiment Follow-On) est le fruit d'une collaboration entre la NASA et le Centre allemand de recherche en géosciences. Elle va prendre la relève de GRACE, lancée en 2002 et qui a donné des résultats jusqu'en octobre 2017.

GRACE-FO va donc poursuivre le travail entrepris par GRACE sur la répartition détaillée des masses au sein de la planète et ses variations dans le temps. Elle implique essentiellement l'eau, notamment pour connaître la quantité qu'il y a dans les réserves souterraines, le niveau d'humidité des sols, l'épaisseur des glaces. Ces données vont contribuer à améliorer nos connaissances sur le changement climatique.

GRACE-FO, comment ça marche

Les deux satellites circulent sur une orbite héliosynchrone culminant à 500 km d'altitude, séparés l'un de l'autre de 220 km. Ils s'envoient constamment des signaux micro-ondes pour mesurer la distance qui les sépare.

Comme la gravité terrestre n'est pas homogène, elle affectera le déplacement des satellites. Lorsque l'anomalie est plus forte, la distance qui sépare les satellites sera plus grande et inversement. La différence est imperceptible à l'oeil nu, mais le système de télémétrie hyperfréquence extrêmement précis de GRACE-FO est conçu pour détecter de minuscules changements dans la distance entre les satellites.

Un accéléromètre placé au centre de masse de chaque satellite va mesurer les accélérations non gravitationnelles, comme celles dues à la traînée atmosphérique, de sorte que seules les accélérations par gravité sont prises en compte. Un récepteur GPS monté sur chaque satellite déterminera la position exacte en orbite au-dessus de la Terre au centimètre près.

Toutes les données recueillies vont servir à dresser une carte mensuelle du champ de gravité moyen de la Terre, ce qui permettra d'avoir des détails précis sur la masse liquide qui se déplace sur notre planète.

Sur le même sujet