La Chine et la Russie sur orbite

31-03-2015 Philippe VOLVERT

La Chine a placé sur orbite du satellite de son système de navigation BD 3I-1. Le lancement a été effectué par une fusée Chang-Zheng 3C partie hier à 13 heures 52 TU du centre spatial de Xichang au sud-ouest de la province de Sichuan. Pour la première fois, les Chinois ont fait appel à un étage additionnel pour l'injection sur orbite. L'étage YZ-1 est conçu pour prendre la relève de la fusée et conduire directement le satellite sur l'orbite géostationnaire. Il fonctionne avec un mélange UDMH/N2O4 qui alimente le moteur YF-150 de 6,5 kN de poussée. L'ensemble YZ-1 et BD 3I-1 a été séparé sur une orbite parking de 194 x 25 307 km inclinée de 55°. Le moteur de l'YZ-1 a été allumé à deux reprises pour atteindre l'orbite visée à 35 786 km d'altitude.

Le lancement de ce 17ème satellite marque le début de l'élargissement du système de couverture, d'échelle régionale à échelle plus globale du positionnement par satellites. Depuis 2012, le réseau est partiellement opérationnel et devrait l'être complètement dans les années à venir lorsqu'il sera complété avec les satellites à lancer.

Les satellites Beidou 3I sont la composante IGSO (Inclined Geosynchronous Orbit) du système Beidou, connu aussi sous l'appellation Compass. Ils évoluent sur une orbite géostationnaire inclinée de 55°. Ils sont équipés d'un laser retro-réflecteur et de deux antennes déployables pour la transmission et la réception du signal vers les équipements au sol.

Vingt-quatre heures plus tard, la Russie réussissait le lancement de quatre satellites dont trois dans le cadre du programme Gonets. La fusée Rockot a décollé du cosmodrome de Plesetsk à 13 heures 48 TU. Elle était chargée de placer sur une orbite circulaire à 1 500 km d'altitude inclinée de 82,5° les satellites de communications Gonets M-11 à 13 ainsi que Kosmos 2504 dont la nature n'a pas été dévoilée.

Sources

La Russie et la Chine sur orbite

La Russie et la Chine sur orbite

17-10-2015 Philippe VOLVERT

Une fusée chinoise Chang-Zheng 3B a placé sur orbite le satellite de télécommunications APStar 9 après son lancement du centre spatial de Xichang. La plus puissante fusée de la flotte chinoise a pris son envol depuis le pas de tir numéro 2 ce vendredi à 16 heures 16 TU. L'injection sur l'orbite de transfert géostationnaire est intervenue 26 minutes plus tard. Il s'agissait du 11ème lancement effectué par la Chine cette année.

APStar 9 est le nouveau satellite de la flotte exploitée par APT Satellite Company Ltd basée à Hong Kong. En accord avec le contrat « clé en main » signé en novembre 2013, la CGWIC, homologue chinoise d'Arianespace, s'engageait dans la conception du satellite jusqu'à sa livraison sur son orbite définitive avec le support nécessaire pour son exploitation. APStar 9 utilise une plate-forme de la série DFH-4 développée par la CAST. Elle est équipée de 32 répéteurs en bande C et 14 en bande Ku pour couvrir la région Asie-Pacifique en service de communications pendant 15 ans. Il remplacera APStar 9A sur la position 142° Est lancé en 1998 et qui arrive en fin de vie.

A Baïkonour aussi, les choses se sont bien passées. La fusée russe Proton a décollé la nuit dernière à 20 heures 40 TU depuis le pas de tir 200/39 pour placer sur orbite le satellite de télécommunications Turksat 4B. La séparation est intervenue neuf heures et treize minutes après le départ du cosmodrome.

Turksat 4B est le second satellite fourni par Mitsubishi Electric à la Turquie dans le cadre d'un contrat signé en 2011 d'une valeur de 571 millions $. Le satellite utilise une plate-forme DS-2000 équipée de 36 répéteurs en bande Ku, Ka et C lui conférant une masse de 4 924 kg au décollage. Il sera positionné par 50° Est et fournira des services de communications et de télévision directe sur une vaste région allant de la Chine à l'Europe en passant par l'Afrique et le Moyen Orient. Sa durée de vie est de 15 ans mais la quantité d'ergol embarqué lui permettrait de rester manoeuvrable et donc opérationnel cinq années supplémentaires minimum.

Sources