ICESat 2 ou comment révéler l'ampleur de la fonte des glaces

15-09-2018 Philippe VOLVERT

Les climatologues disposent d'un nouvel outil pour étudier au plus près les effets du réchauffement climatique. Le satellite ICESat 2 a été lancé avec succès par la dernière fusée Delta 2 depuis la base de Vandenberg en Californie. Il a rejoint une orbite circulaire culminant à 480 km d'altitude et inclinée de 94 degrés. Cette orbite particulière permettra au satellite de couvrir la quasi-totalité de l'ensemble du globe.

Une mission à un milliard de dollars

La mission première d'ICESat 2 est de mesurer l'épaisseur des couches de glace à travers la planète et d'en quantifier les changements annuels, que ce soit au Groenland ou dans l'Antarctique.

Avec le réchauffement climatique, la banquise fond et la superficie recouverte de glace tend à diminuer de façon exponentielle avec comme résultat la hausse du niveau des océans. Il était important aux yeux des scientifiques de pouvoir étudier le phénomène avec plus de précision.

Pour répondre aux exigences de la mission, ICESat 2 est équipé d'un laser topographique avancé baptisé ATLAS (Advanced Topographic Laser Altimeter System). Chaque seconde, il doit émettre 10 000 impulsions, libérant chacune environ 1 000 milliards de photons. Seulement une douzaine d'entre eux, réfléchis par la surface, sont collectés par satellite. Connaissant l'altitude d'ICESat 2 et la vitesse de déplacement des photons, il sera possible de déterminer le niveau de fonte de la glace avec une précision de 4 mm sur une base annuelle. La technologie laser employée permettra à ATLAS d'effectuer une mesure tous les 70 cm le long de la trajectoire du satellite.

Les données recueillies serviront à améliorer les modèles informatiques du réchauffement climatique sur lesquels les scientifiques travaillent. La mission ICESat 2 ne se limitera pas à la seule fonte des glaces. Le laser servira également à mesurer l'épaisseur du couvert végétal pour pouvoir estimer la biomasse à grande échelle et les modifications affectant cette biomasse. ICESat 2 devra faire le lien entre la fonte de la banquise, les échanges d'énergie, de masse et d'humidité entre la glace, l'océan et l'atmosphère.

ICESat 2 fait partie des projets prioritaires de la Nasa. Il succède à ICESat lancé en 2003 et dont la mission s'est achevée en 2009. Depuis, l'agence spatiale a mené plusieurs campagnes d'observation le cadre de la mission IceBridge à bord d'un avion, DC-8 spécialement équipé.

ICESat 2 n'est pas le seul satellite à s'attaquer à la problématique de la fonte des glaces. En 2010, l'agence spatiale européenne a lancé son propre satellite toujours en service à l'heure actuelle.

Site de la mission ICESat 2

Sur le même sujet