Deux fusées chinoises sur le pas de tir

09-07-2018 Philippe VOLVERT

Pour la première fois de son histoire, la Chine compte procéder à deux lancements de sa fusée Chang-Zheng à quelques heures d'intervalle. En cas de succès, l'Empire du Milieu totaliserait 20 mises sur orbite effectuées depuis le début de l'année. Deux mille dix-huit s'annonce d'ores et déjà un millésime exceptionnel en matière de lancements.

Une mission dédiée au Pakistan

Une fusée Chang-Zheng 2C/SMA a été lancée lundi matin du centre spatial de Jiuquan et a placé sur orbite héliosynchrone les satellites PRSS 1 et PakTES 1A. Le succès de la mission va renforcer la coopération entre la Chine et le Pakistan en matière de recherche spatiale initiée à la fin des années 90.

PRSS 1 (Pakistan Remote Sensing Satellite) est le fruit d'un contrat clé en main signé le 20 avril 2016 entre la China Great Wall Industry Corporation et la Space & Upper Atmosphere Research Commission of Pakistan. Conformément au contrat signé, la CGWIC s'est engagée à livrer le satellite de 1 200 kg sur orbite et à fournir les systèmes de contrôle au sol ainsi qu'un soutien technique.

Le satellite PRSS 1 a été développé par la China Academy of Space Technology à partir d'une plate-forme CAST-2000. Il est équipé d'un système optique capable de fournir des images de la Terre offrant une résolution d'un mètre en mode panchromatique ou de quatre mètres en mode multispectral. Les données qu'il va recueillir seront utilisées pour la recherche des ressources, la protection de l'environnement, le suivi et la gestion des catastrophes, l'estimation du rendement des cultures et l'aménagement du territoire. Sa durée de vie est estimée à 7 ans.

PRSS 1 était accompagné par PakTES 1A (Pakistan Technology Evaluation Satellite), développé par la SUPARCO. Ce satellite de 285 kg est également dédié à la télédétection.

Un nouveau satellite de géolocalisation

A 20 heures 50 TU, si tout se passe comme prévu, les 240 tonnes de la fusée Chang-Zheng 3A s'arracheront du centre spatial de Xichang avec un nouveau satellite de navigation. Beidou 2I-7 rejoindra une orbite géosynchrone inclinée de 55° par rapport au plan équatorial.

Les satellites Beidou 2 font partie du réseau de navigation par satellites Compass de seconde génération. Contrairement au système GPS américain ou Galileo européen, Compass comporte des satellites géostationnaires et géostationnaires à forte inclinaison, en complément des satellites circulant sur une orbite moyenne culminant à 20 000 km d'altitude. Les satellites géostationnaires ont pour mission de renforcer le signal au-dessus du territoire chinois.

Sur le même sujet