Départ à l'heure et mission accomplie pour Ariane

07-02-2013 Philippe VOLVERT

Ariane n'a pas trahi sa réputation de lanceur le plus fiable sur le marché commercial en plaçant sur orbite les deux passagers qu'elle embarquait. Après une chronologie qui s'est déroulée sans le moindre problème, la fusée européenne est mise à feu à 21 heures 36 TU. Les 780 tonnes de l'engin s'arrachaient du Centre Spatial Guyanais à la faveur d'une météo qui permet de suivre l'envol à l'oeil nu plusieurs minutes durant. Vingt-huit minutes plus tard, Amazonas 3 et Azerspace/Africasat 1A rejoignaient l'orbite de transfert géostationnaire.

Pour son 212ème lancement, Ariane a battu un nouveau record avec 10 350 kg de performance demandée dont 9 540kg représentant la masse des satellites à séparer sur l'orbite visée. Le premier d'entre eux est Amazonas 3. Il a été construit par Space Systems/Loral pour le compte de l'opérateur espagnol Hispasat. Il utilise une plate-forme SS/L 1300 équipée de 19 répéteurs en bande C, 33 en bande Ku et 9 en bande Ka lui conférant une masse au décollage de 6 265 kg. Dans les prochains jours, il allumera ses propres moteurs pour rejoindre son orbite géostationnaire sur la position 61° Ouest où il couvrira l'Amérique, l'Europe et l'Afrique du Nord en service de télécommunications pendant au moins 15 ans.

Le second passager embarqué sur Ariane est Azerspace/Africasat 1A. Il a été construit par Orbital Sciences Corporation pour le compte d'Azercosmos OJSC et du Ministère des Communications et des Technologies de l'Information de la République de l'Azerbaïdjan. Il utilise une plate-forme Star-2.4e sur laquelle a été installée la charge utile composée de 24 répéteurs en bande C et 12 répéteurs en bande Ku. Au décollage, sa masse était de 3 275 kg. Il rejoindra sa position orbitale par 46° Est où il servira les télécommunications pour l'Azerbaijan, l'Asie Centrale, l'Europe et l'Afrique pendant 14 ans.

Avec ce lancement réussi, Ariane 5 aligne un 54ème succès d'affilée. Une fiabilité qui fait la fierté d'Arianespace à l'heure où la concurrence fait grise mine. Les clients ont fini par se détourner de Proton et Zenit 3, dont la fiabilité est remise en cause régulièrement, au profit d'une valeur sûre, quitte à payer plus cher. C'est ainsi qu'Eutelsat, l'un des plus gros opérateurs de télécommunications, a choisi Arianespace pour le lancement de 4 nouveaux satellites dans les prochaines années.

Sur le même sujet