Delta II, la fin d'une aventure

15-09-2018 Philippe VOLVERT

Dans quelques heures, à 12 heures 46 TU pour être précis, Delta II prendra son envol depuis la base de Vandenberg en Californie. Le lancement de la fusée américaine sera emprunt de nostalgie. Il marquera le 155ème décollage de Delta II mais surtout le dernier de ce mythique lanceur dont les origines remontent aux années 50.

C'est en effet en 1954 que l'US Air Force engage le développement d'un missile à moyenne portée qu'elle baptise Thor. D'une portée de 2 000 km, il est destiné à faire face au déploiement des missiles balistiques R-5 par l'Union Soviétique dans les pays de l'Est et pointés vers l'Europe occidentale.

A partir des années 60, le missile Thor est combiné avec des étages à propergols solides ou liquides pour devenir un lanceur spatial. De là naîtront les Thor-Able, Thor- Agena et autres Thor-Delta. Seule cette dernière restera en activité jusqu'à aujourd'hui.

Au début des années 70, la NASA décide de revoir la nomenclature de la lignée des Thor-Delta. Seul le générique « Delta » reste et est accompagné d'une série de chiffres qui distingue les différentes versions. Le lancement d'aujourd'hui sera celui d'une Delta dans la version 7420-10C. Le 7 indique le type du premier étage et le second le nombre de boosters à poudre. Dans le cas présent, il y en a 4. Le troisième chiffre détermine le type de moteur du deuxième étage tandis que le quatrième s'il y a ou non un troisième étage sur la fusée. Pour ce lancement, Delta vise une orbite héliosynchrone et ne nécessite pas l'utilisation d'un étage supplémentaire pour atteindre les paramètres orbitaux, d'où le 0. Après le trait d'union, nous avons les informations concernant le type de coiffe. Ici, c'est une coiffe de grande taille en carbone, d'où le C.

La génération Delta II regroupe les lanceurs de la série 6000 et 7000. De nombreuses modifications ont été apportées par rapport aux anciennes générations dont l'allongement du premier étage, le remplacement du troisième étage par un plus performant et la mise en service d'une coiffe offrant un diamètre plus important. Delta II entre en service le 14 février 1989 lors du lancement d'un satellite GPS. Depuis, ce ne sont pas moins de 154 lancements qui ont eu lieu avec un seul échec à déplorer. La NASA et le déploiement du système GPS se taillent la part belle des lancements avec 102 sur les 154 effectués à ce jour. Le reste étant réparti entre les missions commerciales et les missions classifiées du Department of Defense.

Delta II est l'un des lanceurs les plus fiables au monde avec un coût d'exploitation estimé à 65 millions $ par lancement. Cependant, cela n'a pas suffit pour continuer l'exploitation de la mythique fusée. D'une part, l'US Air Force ne renouvelle pas son contrat avec United Launch Alliance pour le lancement de la nouvelle génération de satellites GPS, préférant confier cette tâche à des lanceurs plus performants pour répondre à la hausse de la masse des engins spatiaux. D'autre part, la NASA se tourne vers ces mêmes lanceurs aux coûts d'exploitation inférieurs. Privée de ses deux plus grands clients et inadaptée sur le marché commercial, Delta II n'avait plus de raison d'être. En 2009, United Launch Alliance décide de stopper la production du lanceur et vend les derniers exemplaires à la NASA pour la mise à poste de ses missions scientifiques.

Sur le même sujet