Début de carrière réussi pour Chang-Zheng 6

21-09-2015 Philippe VOLVERT

La Chine a lancé avec succès sa première fusée Chang-Zheng 6 au départ du centre spatial de Taiyuan dans la soirée de samedi. Le décollage depuis le pas de tir LC-16 a eu lieu à 23 heures 01 TU.

Propulsé par un moteur YF-100 de 1 205 kN de poussée, le premier étage a fonctionné durant 155 secondes avant de céder la place au deuxième étage. Celui-ci, équipé d'un moteur YF-115 de 177 kN de poussée, a brûlé son mélange d'oxygène liquide et de kérosène en 290 secondes. A l'apogée, le moteur YF-85 du troisième étage a pris la relève. L'YF-85 fonctionne avec un mélange de peroxyde d'hydrogène et d'oxygène liquide. Il sert à circulariser l'orbite avant l'injection de la charge utile.

Pour son premier vol, Chang-Zheng 6 transportait 20 microsatellites dont la plupart ont été conçus par des universitaires dans le cadre de recherche.

Chang-Zheng 6 a été développée par la by China Aerospace Science and Technology Corporation. C'est une fusée de 29,24 m de haut capable de transporter une masse de 1 080 kg sur une orbite héliosynchrone culminant à 700 km. Le compartiment de la charge utile est constitué d'une coiffe de 2,6 m de diamètre pour un peu plus de 6 m de haut. Le lanceur qui se rapproche le plus de ces caractéristiques est le VEGA européen bien que la propulsion solide ait été privilégiée dans ce cas là. Alors que depuis le début de l'ère spatiale en Chine on privilégiait l'intégration des lanceurs en position verticale, Chang-Zheng 6 est assemblée horizontalement dans un hangar avant d'être acheminée vers son pas de tir quelques heures avant son lancement, réduisant au maximum les installations et les opérations. Le cycle de préparation d'un lancement est de 7 jours.

Le succès du premier vol de la nouvelle fusée chinoise est de bons augures pour la mise en service de Chang-Zheng 5 et 7 dans les prochains mois. Ces trois lanceurs ont en commun le moteur YF-100 qui deviendra la pièce maîtresse du programme spatial chinois.

Sur le même sujet