Chang-Zheng 5, la dernière née chinoise

03-11-2016 Philippe VOLVERT

La Chine vient de franchir une étape décisive dans son programme spatial avec la mise en service réussie de sa nouvelle fusée. Chang-Zheng 5 est partie à 13 heures 43 TU du centre spatial de Wenchang sur la côte nord-est de l'île de Hainan. Après environ une demi-heure de vol, elle plaçait sur orbite le satellite expérimental Shijian 17.

Le programme Chang-Zheng 5 est officialisé en 2001 lorsque le gouvernement chinois décide le remplacement des familles Chang-Zheng 2 à 4, dérivées des missiles intercontinentaux conçus dans les années 70, peu écologiques et devenues obsolètes. Pour répondre à ses ambitions spatiales, la Chine a du opérer une rupture technologique importante et repartir à zéro pour l'architecture de sa fusée.

Avec Chang-Zheng 5, on change d'échelle avec un lanceur aux performances voisines d'Ariane 5. Au décollage, elle pèse près de 840 tonnes et développe une poussée de 10 700 kN. La puissance dégagée est fournie par le premier étage de 5,2 mètres de diamètre, équipé d'un moteur YF-77 de 1 027 kN de poussée et consommant un mélange d'hydrogène et d'oxygène liquide. Mais le principal de la poussée est fourni par les propulseurs d'appoint. Ils sont au nombre de quatre et sont équipés d'un moteur YF-100 fonctionnant avec un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. La seconde partie du vol est assurée par le deuxième étage. Son moteur YF-75D est hérité du moteur cryogénique de Chang-Zheng 3 qui fournit une poussée de 196 kN.

Après le succès du vol inaugural de Chang-Zheng 5, la Chine dispose d'un des lanceurs les plus puissants au monde. Avec une capacité de 25 tonnes sur orbite basse ou 14 sur l'orbite de transfert géostationnaire, il surclasse Ariane 5 et Proton. Plusieurs missions prestigieuses sont d'ores et déjà prévues avec ce nouveau lanceur. A partir de 2022, il doit lancer les différents modules qui composeront la future station spatiale que la Chine voudrait exploiter de manière permanente. D'ici là, il sera utilisé pour envoyer vers la Lune les sondes Chang'e 4 (récolte d'échantillons lunaires) et Chang'e 5 (rover lunaire).

Sur le même sujet