Baïkonour, la cadence infernale

17-09-2009 Philippe VOLVERT

Après deux reports en raison de la météo défavorable, une fusée russe Soyuz 2.1b s'est élancée du pas de tir 31/6 du cosmodrome de Baïkonour ce jeudi à 15 heures 55 TU. Elle était chargée de placer sur orbite pas moins de 6 satellites.

Le passager principal de cette fusée Soyuz est Meteor M-1. Il est le premier exemplaire de la nouvelle génération de satellite scientifique multifonctions. Il permettra de faire de la météorologie ainsi que d'étudier l'état des mers et océans, d'observer le déplacement des glaciers, étudier l'état de l'ionosphère, du champ magnétique terrestre et de l'environnement. Au décollage, il pesait 2 700 kg. Il a été placé sur une orbite héliosynchrone culminant à 830 km. Sa durée de vie optimale est de 5 ans. Meteor était accompagné par 5 petits satellites :

  • Sterkh 2 est un petit satellite inscrit dans le cadre du Système International de satellites pour les recherches et le sauvetage COSPAS/SARSAT ;
  • Universitetsky 2 est un petit satellite technologique développé par la Moscow State University ;
  • UgatuSat, satellite de 30 kg, développé par l'Ufa State Aviation Technical University. Il devrait fournir des images de la Terre d'une résolution de 50 m ;
  • Sumbandila, est un satellite construit par University of Stellenbosch en Afrique du Sud. Pendant 3 ans, il prendra des clichés de l'Afrique du Sud. Sumbandila pèse 60 kg ;
  • BLITS, sont les initiales pour Ball Lens In The Space. Il s'agit d'un satellite sphérique de 7,53 kg. Le but de sa mission, d'une durée de 5 ans, est de vérifier le concept de satellite sphérique rétro-réflecteur afin d'obtenir des données altimétriques pour répondre aux problèmes scientifiques posés dans la géophysique, la géodynamique et la relativité millimétrique et submillimétrique nécessaire dans l'exactitude des données .
L'étage supérieur Fregat embarquait également une petite expérience. IRIS a été construit par NPO Lavochkin afin de tester un matériel gonflable et se solidifiant dans l'espace.

Ce lancement sera suivi quelques heures plus tard par celui d'une fusée Proton qui s'envolera du pas de tir 200/39 avec à son bord le satellite canadien de télécommunications Nimiq 5. La fusée doit décoller à 19 heures 19 TU ce jeudi soir. Elle larguera son passager sur une orbite de transfert géostationnaire 09 heures et 15 minutes après son décollage.

Nimiq 5 a été construit par Space Systems/Loral pour le compte de l'opérateur canadien Telesat. Il utilise une plate-forme LS-1300 équipée de 32 répéteurs en bande Ku. Au décollage, le satellite pèsera 4745 kg. Une fois largué, il sera amené sur l'orbite géostationnaire sur la position 72.7° Ouest d'où il fournira des services de télévision en haute définition pendant 15 ans.

Sur le même sujet