Atlantis revenue... et maintenant ?

21-07-2011 Philippe VOLVERT

La navette spatiale américaine Atlantis s'est posée en douceur au terme d'une mission de 13 jours dans l'espace qui a permis un gros ravitaillement en matériel, outillages et consommables pour les prochains équipages de la station spatiale internationale. Cette ultime mission d'une navette était conduite par le commandant Christopher Ferguson secondé par le pilote Douglas Hurley et les deux spécialistes de mission Sandra Magnus et Rex Walheim. Désormais, Atlantis va suivre le même chemin que ses soeurs Discovery et Endeavour, c'est-à-dire une désactivation et un nettoyage de ses réservoirs avant de rejoindre le musée. Pour Atlantis, le chemin ne sera pas long puisque sa place est réservée au Kennedy Space Center. Quant aux deux autres, elles rejoindront Smithsonian Institution's National Air and Space Museum pour la première et California Science Center pour la seconde. Quant à Entreprise, la seule de la flotte à n'avoir jamais fait le chemin vers les étoiles, elle rejoindra le New York's Intrepid Sea, Air and Space Museum pour laisser la place à Discovery. Ainsi se tourne la page des navettes spatiales, une page qui aura duré 40 ans dont 30 ans de service actif.

Et maintenant ? Maintenant, la NASA ne possède plus aucun moyen de transport spatial, que ce soit pour le fret ou pour les astronautes. Elle devra compter, du moins dans les prochaines années, sur la Russie, le Japon, l'Europe et les privés américains. Ces derniers doivent développer un cargo de ravitaillement dans le cadre du programme COTS (Commercial Orbital Transportation Services) que la NASA a initiée après l'accident de Columbia en 2003. COTS a pour objectif de rendre l'accès à l'espace plus simple et moins cher en faisant appel au privé. Mais l'intervention des entreprises américaines va plus loin encore. Après l'annulation du programme Constellation par Obama, le Président Américain a souhaité que le transport des équipages pour les missions de routine, comme rejoindre la station spatiale, soit désormais du ressort du privé. Sage décision qui permet à la NASA de se concentrer entièrement sur la recherche, le développement mais surtout l'exploration. Dans le cadre du programme CCDev (Commercial Crew Development), trois entreprises ont proposé leur projet de vaisseau habité. Il s'agit de Boeing, Sierra Nevada et SpaceX. D'autres entreprises concourent également dans le CCDev mais pour des systèmes comme par exemple un système d'évacuation d'urgence. Et la NASA dans tout ça ? Le programme Constellation a été annulé mais le vaisseau Orion a été épargné et son développement se poursuit chez Lockheed Martin. Ce vaisseau multifonctions sera tout aussi capable de rejoindre la station spatiale internationale que de parcourir des distances plus longues, notamment pour rejoindre la Lune, Mars ou une autre cible comme un astéroïde. Orion, rebaptisé MPCV (MultiPurpose Crew Vehicle), devrait avoir son lanceur, le Space Launch System directement dérivé du programme navette d'une capacité moyenne de 70 tonnes avant de passer à un lanceur capable de placer 130 tonnes sur orbite basse. Tous ces projets ne verront pas le jour avant 2015 au plus tôt. D'ici là, la NASA utilisera l'antique vaisseau Soyuz pour le transport de ses astronautes à 50 millions de dollars la place. Quant à la station spatiale internationale, elle pourra compter sur le Progress russe, l'ATV européen, le HTV japonais et les Dragon et Cygnus américain pour le ravitaillement.

Sources

Sur le même sujet