Ariane, une affaire qui marche

06-07-2012 Philippe VOLVERT

C'est à la tombée de la nuit due la fusée européenne Ariane s'élance du Centre Spatial Guyanais pour sa 207ème mission. Une mission rondement menée après un décollage effectué à 21 heures 36 TU depuis le pas de tir ELA 3. D'une masse de 780 tonnes au décollage, le lanceur ne pèse plus que 520 tonnes deux minutes plus tard lorsque les deux propulseurs latéraux se séparent. Il continue sur sa lancée pendant encore 7 minutes sous la seule poussée du moteur Vulcain avant de passer le relai à l'étage supérieur équipé de l'antique et très fiable HM7B. Vingt-cinq minutes après son départ de Kourou, il plaçait sur orbite de transfert géostationnaire ses deux passagers, Echostar XVII et MSG 3.

Echostar XVII est un satellite construit par Space Systems Loral pour le compte de l'opérateur Hughes Network Systems, LLC pour EchoStar Corporation. Il utilise une plate-forme LS 1300 équipée de 60 répéteurs en bande Ka ce qui lui confère une masse au décollage de 6,1 tonnes. Dans une semaine, il rejoindra sa position 107,1° Ouest d'où il pourra assurer des services internet large bande pour le continent nord américain pendant 15 ans.

MSG 3 est la propriété d'Eumetsat, l'un des premiers clients d'Arianespace. En effet, le premier satellite qu'il a confié au lanceur européen remonte au troisième vol en 1981. L'engin a été construit dans les ateliers de Thales Alenia Space. Il s'agit d'un satellite de 2 tonnes qui devra garantir la continuité des observations météorologiques depuis l'orbite géostationnaire pour le continent européen. Sa durée de vie optimale est de 7 ans.

Quant à Ariane, son prochain vol est annoncé pour le 02 août prochain et devrait permettre de placer sur orbite les satellites de télécommunications Intelsat 20 et HYLAS 2.

Sur le même sujet