Ariane, un succès et un nouveau contrat

30-09-2015 Philippe VOLVERT

Mission accomplie pour Ariane. En début de soirée, la fusée européenne a placé sur orbite deux nouveaux satellites. Elle a pris son envol du Centre Spatial Guyanais à 20 heures 30 après un compte à rebours qui s'est déroulé sans le moindre incident. Une demi-heure plus tard, elle se séparait de Sky Muster et d'Arsat 2. Il s'agissait de la 226ème mission d'Ariane et la 5ème pour l'année 2015.

Sky Muster est le poids lourd de ce vol. Conçu par Space System Loral pour le compte de l'opérateur Australien nbn, le satellite utilise une plate-forme SSL 1300 équipée de 202 répéteurs en bande Ka lui conférant une masse au décollage de 6 440 kg. Il a pour mission de garantir à toute la population australienne un accès rapide des communications à très haut débit, à un prix abordable et à moindre coût pour le contribuable. Il sera positionné sur orbite géostationnaire entre 135° à 150° Est. Sa durée de vie optimale est de 15 ans.

ARSAT 2, le second passager d'Ariane, est un pur produit argentin. INVAP s'est chargé de la conception et l'intégration du satellite pour le compte de l'entreprise nationale de télécommunications ARSAT. Il est équipé d'une charge utile constituée de 26 répéteurs en bande Ku et 10 répéteurs en bande C. Il sera positionné sur l'orbite géostationnaire par 81° Ouest. Il desservira le continent américain pendant 15 ans en services de télécommunications.

La joie est double pour les équipes d'Arianespace. Quelques heures avant le succès du 226ème vol d'Ariane, le leader mondial sur le marché des satellites commerciaux signait avec ARSAT un contrat portant sur le lancement d'ARSAT 3 en 2019 et une option pour deux autres satellites dont les lancements sont prévus sur la période 2020-2023. Malgré une concurrence rude, notamment avec SpaceX qui casse les prix, Arianespace arrive à maintenir la confiance des clients. Depuis le début de l'année, la compagnie européenne a signé 30 contrats dont 6 spécifiquement pour Ariane. Avec un palmarès de 68 succès d'affilée, la fusée européenne reste une valeur sûre pour les opérateurs qui veulent envoyer sur orbite leurs satellites.

Sur le même sujet