Ariane lance un satellite australien et un malaisien

12-09-2014 Philippe VOLVERT

La 219ème fusée européenne a rempli son contrat en plaçant sur orbite les deux satellites de télécommunications qu'elle transportait. Ariane 5 a pris son envol à 22 heures 05 TU du pas de tir numéro 3 au Centre Spatial Guyanais. Au terme d'une mission rondement menée, elle injectait sur l'orbite visée Measat 3B et Optus 10. Ce nouveau succès, le 45ème pour la version ECA, a fait oublier la longue attente du client malaisien. Annoncé pour le 22 mai dernier, le vol VA218 a du être reporté jusqu'à la nuit dernière à la demande de la compagnie australienne Optus Networks qui souhaitait procéder à des vérifications complémentaires d'Optus 10 chez son constructeur. Faute d'avoir à disposition un autre satellite pour le remplacer, le propriétaire de Measat 3B a du faire preuve de patience et attendre le retour du co-passager. Patience aujourd'hui récompensée avec un lancement réussi malgré quelques minutes de retard pour un problème technique détecté en chronologie finale.

Measat 3B est le premier satellite injecté sur orbite par Ariane. Il a été construit dans les ateliers d'Airbus Defence and Space pour le compte de l'opérateur malaisien Measat. Il utilise une plate-forme Eurostar 3000 L équipée de 48 répéteurs en bande Ku et 1 en bande S lui conférant une masse au décollage de 5 897 kg. Il rejoindra sa position par 91,5° Est d'où il assurera les services de télécommunications et services DTH (Direct To Home) pendant au moins 15 ans sur un territoire qui s'étend de la Malaisie, à l'Indonésie, en passant par l'Inde et l'Australie.

Optus 10 est la propriété de l'opérateur australien Singtel Optus. Il a été construit par Space Systems/Loral à partir d'une plateforme SS/L 1300. Elle est équipée de 24 répéteurs en bande Ku lui conférant une masse de 3 270 kg au décollage. Prochainement, il sera positionné par 164° Est d'où il pourra couvrir une vaste région englobant l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Antarctique pour des services de télécommunications. Sa durée de vie optimale est estimée à 15 ans.

Comme les bonnes nouvelles n'arrivent jamais seules, la réussite de la nuit passée clôture une semaine chargée pour Arianespace. Les acteurs de l'activité spatiale commerciale mondiale participaient au World Satellite Business Week qui se tenait à Paris. Une occasion pour les exploitants des satellites de télécommunications de rencontrer les principaux acteurs du transport spatial. Rencontre fructueuse pour la compagnie européenne qui a signé pas moins de 6 contrats de lancement. Son carnet de commande s'élève aujourd'hui à plus de 4,5 milliards EUR comprenant trente-huit satellites à lancer en orbite de transfert géostationnaire avec Ariane 5, 4 lancements dédiés d'Ariane 5, 9 lancements de VEGA et 7 lancements spécifiques de Soyuz. Cette dernière devrait d'ailleurs reprendre rapidement le chemin de l'espace après la déconvenue d'août dernier lors du lancement des deux premiers satellites de géolocalisation Galileo de pleine capacité opérationnelle. La commission d'enquête mise en place au lendemain de l'échec partiel s'oriente vers un problème logiciel embarqué qui aurait piloté l'étage supérieur Fregat dans la mauvaise direction. Une anomalie qui ne remet pas en cause la fiabilité de cet étage qui a fonctionné correctement plus d'une quarantaine de fois depuis février 2000.

Sources

Sur le même sujet