Ariane, la fusée de tous les records

19-06-2016 Philippe VOLVERT

Cette 230ème Ariane a bien eu du mal à décoller mais quand elle est partie, elle est bien partie. Elle a réussi un doublé avec son 72ème succès d'affilée et l'envoi de la plus lourde charge jamais expédiée en une seule fois sur l'orbite de transfert géostationnaire.

Il était 21 heures 38 TU lorsque le lanceur européen s'élançait de la forêt guyanaise. Programmé dans un premier temps à 20 heures 30 TU, il avait du être retardé à deux reprises. Avant même le début de la séquence synchronisée, un premier rouge « ensemble de lancement » était apparu sur les tableaux, contraignant à un arrêt du compte à rebours. L'attente n'a pas été longue puisque la chronologie pouvait reprendre avec un nouveau H0 fixé à 20 heures 44 TU. A moins de trois minutes du lancement, la chronologie s'arrêtait à nouveau en raison d'une anomalie détectée sur un équipement de la base de lancement avec une attente beaucoup plus longue. Alors qu'il ne restait qu'une poignée de minutes dans la fenêtre de lancement, la chronologie repartait pour de bon. A 21 heures 38 minutes et 32 secondes, soit 1 minutes et 28 secondes avant un report de lancement, la 86ème Ariane 5 prenait son envol du pas de tir numéro 3.

A bord de la fusée européenne se trouvait Echostar XVIII et BRISat. Ils ont tous les deux rejoint leur orbite environ une demi-heure après leur départ de Kourou. A leur deux, ils constituaient une masse de 9 840 kg à injecter sur l'orbite de transfert géostationnaire. En y ajoutant leur adaptateur, c'est une masse de 10 730 kg qu'Ariane 5 devait arracher de l'attraction terrestre, ce qui marque un record absolu de masse d'emport pour la fusée européenne mais aussi pour toutes fusées confondues à travers le monde visant cette orbite.

Echostar XVIII est un monstre de 6 300 kg. Il a été construit par Space Systems Loral en Californie pour le compte de l'opérateur américain DISH Network. Il est constitué d'une plate-forme SSL 1300 équipée de 78 répéteurs haute puissance en bande Ku, 61 d'entre eux seront utilisés pour offrir simultanément les programmes de 169 chaînes de télévision pour 14 millions de téléspectateurs des Etats-Unis, de l'Alaska, Hawaï, Porto Rico et jusqu'à Cuba pendant au moins 15 ans. Il sera positionné par 10° Ouest où il remplacera Echostar X lancé il y a 10 ans.

BRISat est également sorti des ateliers de Space Systems Loral. Il utilise la même plate-forme SSL1300. Il est équipé de 9 répéteurs en bande Ku et 36 en bande C lui conférant une masse au décollage de 3 540 kg. Il est la propriété de PT. Bank Rakyat Indonesia, la première banque au monde à exploiter un satellite. Il sera positionné par 151° Est d'où il pourra renforcer la sécurité des communications bancaires pour plus de 10 600 agences, plus de 236 000 équipements dédiés aux transactions bancaires et à plus de 53 millions de clients répartis sur l'archipel indonésien et une partie de l'Asie. Il devrait rester opérationnel pendant au moins 15 ans.

Ce 230ème lancement d'Ariane était aussi le 86ème de la cinquième génération du lanceur européen depuis sa mise en service en juin 1996. Après un début de carrière très mitigé, 2 échecs et 2 semi-échecs sur les 14 premiers vols, Ariane 5 est devenu le lanceur commercial le plus fiable au monde avec 72 succès d'affilée. Elle est même en passe de dépasser Ariane 4 qui en a cumulé 74 avant sa mise à la retraite en 2003. En vingt ans, Ariane 5 a réussi à s'imposer comme étant la référence en matière de transport spatial, profitant, il est vrai, du déclin de ses concurrents. Delta IV a été retirée rapidement du marché en raison de son coût prohibitif. Depuis son désengagement d'International Launch Services, Atlas V a pris une place marginale dans le domaine. Du côté russe, les récentes déconvenues de Proton ont largement refroidi la clientèle. Quant à Sea-Launch, elle est devenue une compagnie fantôme. Reste SpaceX qui offre un service de lancement à prix très compétitif qui pourrait bien ravir quelques clients à la belle européenne. A l'heure où le chantier Ariane 6 est lancé, Arianespace doit faire les bons choix si elle veut rester leader sur le marché du lancement des satellites commerciaux.

Sur le même sujet