Aquarius pour l'étude de la salinité des océans

10-06-2011 Philippe VOLVERT

Un nouveau satellite environnemental a été placé sur orbite ce vendredi après-midi après son lancement réussi par une fusée Delta 2 équipée de 3 boosters à poudre. Elle s'est élancée du pas de tir SLC-2W de la base de Vandenberg en Californie à 14 heures 20 TU. Un peu moins d'une heure plus tard, elle injectait le satellite sur une orbite culminant à 657 km avec une inclinaison de 98°.

SAC-D est l'acronyme de Satelite de Aplicaciones Cientificas. Il s'agit d'un satellite de 1 350 kg conçu par l'agence spatiale argentine CONAE en collaboration avec la Nasa, qui a fourni l'équipement Aquarius, mais aussi la France et l'Italie. Pendant les cinq ans qui lui sont impartis, le satellite mesurera la salinité de la surface des océans et fournira tous les mois une carte globale de la Terre avec une résolution de 150 km. Mesurer le taux de salinité des océans est important en raison du rôle que joue le sel dans la circulation globale des eaux à la surface de la Terre. En effet, les océans régulent le climat terrestre en créant une sorte de tapis roulant qui fait glisser les eaux froides en profondeur et remonter les eaux chaudes à l'instar du Gulf Stream. Avec la température, le sel est responsable de la fluctuation de la densité océanique. Cette fluctuation peut atteindre 6 cm. C'est certes peu mais suffisant pour qu'elle influence la circulation océanique. La salinité peut avoir des conséquences importantes, notamment sur la formation du phénomène El Niño et La Niña. Les résultats obtenus par SAC-D/Aquarius seront complémentaires de ceux qui sont obtenus par le satellite européen SMOS.

Sur le même sujet