Après trois reports, Soyuz décolle

26-04-2016 Philippe VOLVERT

Une fusée Soyuz 2.1a/Fregat M a pris son envol depuis le Centre Spatial Guyanais lundi à 21 heures 02 TU chargée de lancer cinq satellites. Au bout de neuf minutes de vol, elle se séparait du composite supérieur constitué de l'étage Fregat M sur lequel était fixée la charge utile. Fregat a ensuite assuré le reste de la mission pour injecter les satellites sur leur orbite respective. Après une première séquence de propulsion de l'étage, la charge utile principale a été séparée sur une orbite circulaire à 686 km d'altitude sur une inclinaison de 98,18 degrés une vingtaine de minutes après le décollage.

La charge utile principale était constituée par le satellite de télédétection Sentinel 1B (2 164 kg). Il a été conçu dans les ateliers du groupe Thales Alenia Space à Rome. Il est constitué d'une plate-forme PRIMA équipée d'un radar à synthèse d'ouverture en bande C qui peut recueillir des données selon 4 modes avec une résolution maximale de 5 mètres. Le satellite, dont la durée de vie prévue est de 7 ans, circulera sur une orbite héliosynchrone à environ 686 Km d'altitude. Sentinel 1B est en tout point identique à son frère jumeau Sentinel 1A lancé en avril 2014. Les deux satellites travailleront de concert en imageant n'importe quel point de la Terre tous les 6 jours en temps quasi réel, de jour comme de nuit et par tous les temps. Les Sentinel est un projet initié par l'Agence Spatiale Européenne pour le compte de la Commission Européenne dans le cadre du programme Copernicus de surveillance de la Terre.

L'étage Fregat a poursuivi son vol avec deux nouvelles séquences d'allumage de son moteur afin d'expédier les Cubesat sur une orbite de 453 x 66 km. Les trois poids plume qui avaient embarqué sur Soyuz font partie du programme éducatif « Fly Your Satellite! » initié par l'Agence Spatiale Européenne qui offre aux étudiants universitaires européens l'opportunité d'acquérir une expérience pratique en matière de développement d'un projet satellite depuis sa conception jusqu'à l'interprétation des données collectées. Les trois premiers CubeSat sélectionnés pour ce lancement étaient :

  • OUTFI-1 de l'Université de Liège, Belgique, est un démonstrateur du protocole de communication D-STAR ;
  • e-st@ar-II de l'Ecole Polytechnique de Turin, Italie, est un démonstrateur d'un système de définition d'attitude sur 3 axes, utilisant le champ magnétique terrestre ;
  • AAUSAT-4 de l'Université de Aaborg, Danemark, est un démonstrateur de réception d'un Système d'Identification Automatique (AIS) destiné à identifier et localiser les navires transitant au large des régions côtières.

Pour rejoindre l'orbite circulaire à 711 km d'altitude, Fregat a du réaliser deux autres allumages de son moteur. Après trois tours de Terre et quatre heures cinquante-deux après le décollage, MICROSCOPE rejoignait son orbite. MICROSCOPE est l'acronyme de MICROSatellite à trainée Compensée pour l'Observation du Principe d'Equivalence. Il s'agit d'un satellite de 303 kg conçu par le CNES. Imaginée par Galilée au XVIIème siècle puis décrite par Einstein le siècle dernier, le Principe d'Equivalence fait partie du fondement de la théorie sur la relativité générale. Selon la théorie, dans le vide, deux corps touchent le sol au même moment quelle que soit leur masse ou leur composition. C'est ce qu'on appelle l'universalité de la chute libre. MICROSCOPE aura pour mission de confirmer la véracité du principe décrit par Einstein. Pour se faire, le satellite va étudier le mouvement relatif de deux corps en réalisant une chute libre la plus parfaite possible de deux masses, à l'abri des perturbations dues à la Terre avec une précision de l'ordre de 10-15g. Les deux masses sont composées d'un alliage différent. L'une est en titane et l'autre est un alliage de platine et de rhodium.

Sur le même sujet